5 BONNES RAISONS DE MANGER MOINS DE VIANDE

C’est un véritable mouvement de changement de paradigme qui se met en place actuellement sur notre belle planète. Ce mouvement porté par les défenseurs d’un mode de vie plus sain et plus responsable se nomme « le flexitarisme ». Et oui flexitarisme veut dire en gros : végétarien à temps partiel !

Ce mode alimentaire est né aux Etats-Unis, c’est-à-dire que l’on est végétarien à 80% et omnivore à 20%. C’est une pratique alimentaire ,plus saine et du coup sans privation, afin de tirer les bénéfices et les bienfaits de chaque catégorie d’aliments. Les cinq raisons que je vous propose ici, sont « les raisons » qui m’ont amené à consommer de moins en moins de viande au cours de ces dernières années et je peux vous dire que je ne m’en porte que mieux !

         1) C’EST BON POUR NOTRE SANTÉ :

Manger moins de viande c’est médicalement prouvé améliore notre santé, en plus, en France et aux Etats-Unis on en consomme beaucoup trop ! C’est ainsi que de nombreuses études ont établi un lien entre la consommation de viande et le développement de certaines maladies comme l’obésité, certains cancers, l’hypertension, les risques de malaises cardio-vasculaires, les calculs rénaux, ou le diabète… De quoi réfréner nos pulsions carnivores n’est-ce pas ! La viande apporte à notre corps beaucoup d’acidité et d’inflammation de part et d’autre. Les animaux destinés à être mangés sont littéralement bourrés d’antibiotiques, de vaccins, d’OGM, de pesticides (dioxine, métaux lourds, mycotoxine, phyto-oestrogènes…), d’où une « bioaccumulation »de tous ces produits nocifs . L’homme étant tout en haut de la chaîne alimentaire, c’est lui qui accumule le plus de produits toxiques par rapport à ceux du dessous. La surconsommation de viande augmente l’accumulation de graisse abdominale et provoque une altération de la flore du colon et du microbiote. D’autres études constatent que cette consommation à laquelle on ajoute celle de produits laitiers augmente le risque de dépression, alors que celle de fruits et de légumes la réduisent. N’oublions pas que les élevages intensifs sont un facteur majeur de risques infectieux incontrolables…

               2) C’EST BON POUR LA PLANÈTE :

Et oui les amis il serait temps que l’on se reveille ! Les élevages de tout ordre ont augmenté de façon exponentielle, surtout les élevages intensifs (ou »camps de concentration pour animaux »devrait-t’on dire !). On rescence par exemple jusqu’à 10 millons de poulets dans certaines usines chinoises… Qui n’a pas entendu parlé de la ferme aux 1000 vaches (ce n’est plus une ferme !) ? Selon l’organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture plus de 71 millions de tonnes de viande bovine ont été produites en 2016. Les principaux producteurs sont les Etat-Unis, le Brésil, l’Union Européenne, la Chine et l’Inde. Toute cette production génère de la déforestation, des émissions de gaz à effet de serre, des rejets de lisier et de méthane ce qui se répercute sur la qualité de l’air et de l’eau. L’élevage intensif génère une production phénoménale d’eau et de céréales pour les nourrir. Ce ne sont pas moins de 13500 litres d’eau qui sont nécessaires pour produire 1kilogramme de boeuf ! Des quantités extraordinaires de céréales sont produites pour nourrir tous ces élévages et sont une des causes majeures de déforestation et de contamination par les pesticides et plus particulièrement par le Roundup (classé comme cancérigène), dont sont surabondamment arrosées toutes ces céréales (plus les OGM!).

               3) C’EST BON POUR MOINS DE SOUFFRANCE ANIMALE :

Posons-nous la question : un animal est-il un être vivant au même titre que notre animal de compagnie ? Ça fait mal, n’est-ce pas ? Elle est difficile cette simple question ! Et dans ce débat il y a les questions éthiques, philosophiques et affectives que l’être humain est amené à se poser actuellement dans notre monde dit »civilisé ». Une supposé supériorité de l’homme sur l’animal l’autorise-t’il à faire subir toute cette souffrance inutile et barbare digne des conditions des camps de concentrations et ainsi d’exécuter des millards d’animaux (environ 1 millard chaque année en France). Gilles Lartigot peut vous en parler bien mieux que moi dans son best seller « EAT ». Voici son interview par la joyeuse Lilou Macé :

 

4) C’EST BON POUR ACCROÎTRE SES PERFORMANCES PHYSIQUES :

La récupération est plus rapide pour les personnes dont l’alimentation est végétale, car l’équilibre acido-basique est mieux respécté et il y a moins de déchets toxiques dans le corps (à condition de manger bio !). Nombre de sportifs de haut niveau ont diminué leur consommation de viande, voir sont devenus végétariens, allant contre l’idée qu’une alimentation à base de protéines animales est nécessaire pour réussir. Depuis si longtemps ce cliché a la vie dure ! Soi-disant pour avoir de bonnes performances, la consommation de viande a toujours fait partie des régimes alimentaires sportifs. Et pourtant beaucoup de sportifs s’y sont mis comme Carl Lewis, Novak Djokovic, Matt Frazier (marathonien), Martina Navratilova, Vénus et Sérena Williams, Mike Tyson, Brendan Brazier (triathlète), Surya Bonaly, Billy Simmonds, Frank Medrano (bodybuilder), Sylvie Guillem (une des meilleures ballerines du monde) etc…Matt Frazier précédemment cité, va naturellement nous montrer au travers de son livre « Se nourrir, marcher, courir VEGAN » que le régime végan et les activités sportives de haut niveau sont compatibles. D’après lui se nourrir de plantes permet de diversifier nos sources de nutriments, d’avoir un apport équilibré en vitamines et minéraux, de soutenir des programmes d’entrainements intenses, d’améliorer le temps de récupération et de réduire les risques de blessures. Toujours selon Matt, en choisissant un régime vegan, nous pourrions courir plus et sur de plus longues distances.

                  5) C’EST BON POUR NOTRE PORTE-MONNAIE :

Vous rendez-vous compte à manger moins de viande vous allez faire des économies ! Car oui la viande c’est cher (encore plus si on la veut de qualité). Vouloir en mettre quotidiennement dans son assiette représente un véritable budget ! Il est bien moins dispendieux d’acheter des légumes frais de saison dans sa coop bio, chez son maraîché, ou de récupérer son panier dans une AMAP (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne).

Voici quelques aliments riches en protéines : le brocoli, l’artichaut, le chou kale, les épinards, le cresson, le maïs, la betterave, les champignons, les petits pois, les lentilles, les haricots secs, les amandes, les noix du Brésil, les graines de chanvre, les baies de goji, les graines de courges, les graines de chia, la spiruline, la chorella, les pois-chiches, le quinoa, le sarrasin, le son d’avoine etc…

Cet article n’est pas là pour vous dire quoi faire et encore moins pour vous dire quoi manger, mais simplement pour vous aider à prendre conscience que si nous ne changeons pas au moins progressivement nos habitudes de vie, nous fonçons droit dans le mur (si je puis m’exprimer ainsi…). Après avoir pris conscience de tout cela on peut éventuellement pour se faire plaisir pour une occasion festive, donc exceptionnelle, consommer une viande de meilleure qualité, donc d’animaux élévés sans stress ! Et pourquoi pas comme nos ancêtres et certaines tribus encore aujourd’hui, remercier l’âme de l’animal duquel on se nourrit!

Merci pour vos commentaires et vos partages sur les réseaux sociaux, magnifique semaine à tous.

Sandra

 

4 commentaires Ajoutez les votres
  1. Merci pour cet article qui n est pas restrictif , manger moins de viande c’ est +raisonnable comme discours .Hier on me racontait encore c nouvelle ferme automatisée ou le fermier est seulement derrière son ordi pour vérifier les données, et distribution d’ aliments , bientôt elles auront peur des hommes à force de peu les voir .Voilà pourquoi lorsque je vais a la Fleyssiére ( pour le lait) c mon + beau cadeau ) pour ma part manger moins de viande et surtout LA PROVENANCE et LA PROXIMITÉ .

    Allez croyons à l homme chacun fera le colibris bisous

    1. De rien ! C’est vrai que cela me paraît résonnable, c’est à chacun de faire avec sa juste conscience ! Mais cela bouge progressivement dans le monde…et oui, si on fait chacun notre part…Bisous

  2. Bonjour
    J’aime beaucoup votre article très intéressant et c’est un peu ma façon de faire.
    Sans arrêter totalement mais manger moins de viande ce qui permet de privilégier la qualité de celle que l’on mange.
    Pour ma part, viande blanche achetée à la coupe, poisson et parfois un peu de viande rouge.
    Je me refuse à acheter en barquette, ça me coupe l’appétit .
    Au plaisir de vous lire
    Florence

    1. Merci Florence ! C’est formidable de voir des personnes qui évoluent et changent leur façon de consommer . A bientôt et belle journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez décider de recevoir des notifications au sujet des commentaires à venir par e-mail. Vous pouvez également vous abonner sans commenter.